Meditation pleine conscience

Par josbing

Les bienfaits de la méditation

La méditation est une pratique visant à accorder une pause à son esprit et aux idées qu’il génère. Elle permet non seulement d’aiguiser notre capacité d’attention, d’atténuer les troubles obsessionnels compulsifs, mais est également recommandée pour lutter contre le stress et l’anxiété. À ce titre, elles est efficace pour prévenir les rechutes anxieuses et dépressives chez les personnes fragiles. En effet, elle favoriserait l’activité cérébrale des zones associées aux sentiments positifs (joie, curiosité, enthousiasme, fierté, etc).

Mais la méditation peut aussi aider les personnes souffrant de pathologies chroniques ou de pathologies impliquant une menace sur le pronostic vital (insuffisance rénale, cancer). Elle permettrait aussi de prévenir les troubles cardiovasculaires et de renforcer notre système immunitaire. Une meilleure qualité de vie pour les survivants d’une crise cardiaque

Une étude scientifique présentée en mars à l’ESC Acute CardioVascular Care 2021, congrès scientifique en ligne de la Société européenne de cardiologie, indique que la méditation de pleine conscience améliore la qualité de vie des survivants d’une crise cardiaque.

Une des raisons de la mauvaise qualité de vie des personnes ayant survécu à une crise cardiaque est “la peur du mouvement, appelée kinésiophobie, qui limite l’activité quotidienne en raison des craintes d’une autre crise cardiaque”, a précisé la Dre Canan Karadas de l’université Hacettepe (Ankara, Turquie), co-auteure de l’étude dans un communiqué. Dès la quatrième semaine de l’étude, les patients pratiquant la méditation de pleine conscience avaient moins peur du mouvement que ceux du groupe témoin – un bénéfice qui s’est maintenu durant les semaines suivantes. Les patients ayant régulièrement médité ont fait état d’une meilleure qualité de vie et d’une meilleure fonction émotionnelle.

“ Une explication peut être que la méditation remplace la pensée catastrophiste par des pensées positives, ce qui permet aux patients de se sentir moins vulnérables émotionnellement et physiquement”, a commenté la De Karadas. Elle estime que cette pratique gagnerait à faire partie du programme de rééducation des patients après une crise cardiaque.

Un stress réduit sur le long terme

Dans la revue Psychosomatic Medicine, des chercheurs du Max Planck Institute for Human Cognitive and Brain Sciences expliquent leur choix d’utiliser une méthode objective pour mesurer l’effet de la pleine conscience sur la réduction du stress : la concentration de cortisol dans les cheveux. Ces derniers ont donc analysé la quantité de cortisol tous les trois mois dans les trois premiers centimètres de cheveux de volontaires. Trois groupes d’environ 80 participants ont accepté de suivre un programme d’entraînement de 9 mois qui consistait en trois sessions de 3 mois, 30 minutes par jour, six jours par semaine.

L’accent a été mis sur la pleine conscience, sur les compétences socio-affectives telles que la gratitude et sur celles dites socio-cognitives. Les résultats ont montré qu’après six mois d’entraînement, la quantité de cortisol dans les cheveux des sujets avait diminué de 25 %.

Existe-t-il des contre-indications à la méditation ?

La méditation s’adresse à tout le monde, y compris aux enfants. Il n’existe à ce jour aucune contre-indication à la pratique de la méditation. Cependant il est conseillé aux personnes souffrant de troubles psychiatriques de demander conseil à leur médecin qui leur indiquera la méditation la plus adaptée.

La méditation de pleine conscience ou Mindfulness

Cette méditation laïque « C’est l’acte de porter notre conscience sur le moment présent, en l’observant délibérément et sans jugement. Tout le monde peut la pratiquer sans danger, n’importe où, de plein de manières différentes », confirme Estelle Fall, Maître de conférences à l’Université de Lorraine. Dans l’ouvrage Introduction à la pleine conscience (ed. Dunod), elle fait le point sur cette approche issue des traditions orientales, occidentalisée par Jon Kabat-Zinn.

Elle est utilisée en médecine, notamment en psychiatrie ou dans les ateliers de réduction de stress. Elle permet d’obtenir une stabilisation de la pensée en portant une attention délibérée et sans jugement à l’instant présent et à tout ce qui nous entoure, à l’extérieur (sons) comme à l’intérieur (pensées parasites). Elle a été codifiée et a fait l’objet de nombreuses recherches médicales.

Tout comme les autres formes de méditation, les bienfaits de la méditation pleine conscience sont nombreux, celle-ci est recommandée en cas de :

Insomnie : son effet relaxant et anti-stress permet de ralentir le temps d’endormissement et d’améliorer la qualité du sommeil de l’individu.
Trouble obsessionnel compulsif : la méditation pleine conscience permet de diminuer les obsessions et les ruminations associées au trouble obsessionnel compulsif, grâce à une prise de recul sur les pensées parasites.
Dépression : la méditation pleine conscience est associée à une baisse de la fréquence et de l’intensité des émotions négatives et à une augmentation de la fréquence d’émotions positives. Ainsi, elle permettrait de lutter contre la dépression et d’éviter les rechutes.
Anxiété et stress: des études ont montré que cette pratique permettait de réduire le niveau d’anxiété et de stress de l’individu.
Addiction : une étude a montré les effets bénéfiques de cette pratique sur la consommation d’alcool, l’impulsivité, la satisfaction et la flexibilité cognitive d’individus souffrant d’alcoolisme.
Trouble du comportement alimentaire : la méditation permet aux individus souffrant de troubles du comportement alimentaire d’avoir une nouvelle perception des aliments et de leur relation à la nourriture, et de prendre conscience de l’influence de leurs émotions sur le comportement pathologique.

De façon générale, la méditation, permet d’améliorer le bien-être et les capacités cognitives (mémoire, attention, concentration, créativité) de l’individu lorsqu’elle est pratiquée régulièrement.