Formation Alimentation vivante en pleine conscience

MYTHES sur l’alimentation végétalienne crudivore

  1. Vous ne devez manger que cru.

Ce n’est pas nécessaire. En fait, quelle que soit la quantité de nourriture fraîche et crue que vous apporterez à votre corps, cela lui sera bénéfique.

Un smoothie vert par jour (l’équivalent d’un litre) vous aidera à revitaliser votre corps et votre système immunitaire.

Simplement manger une salade composée de produits frais et crus au déjeuner, vous apportera plus d’énergie.

Pour de meilleurs résultats, un « régime » à 90% ou plus, végétalien crudivore est la meilleure façon de vivre en harmonie avec son corps mais vous n’avez pas à l’être 100% pour profiter de ses bénéfices.

  1. Vous ne devez manger que des aliments froids.

Complètement faux !

Tout ce que vous mangez peut être chauffé si vous ne dépassez pas une température de 45°C, température au-dessus de laquelle (en général) tous les enzymes sont détruits et une importante partie des vitamines ont disparu.

Vous pouvez chauffer vos plats dans une casserole en utilisant soit un thermomètre de cuisine, soit en vérifiant au toucher avec un doigt que la température ne soit pas trop élevée (chaud au toucher sans se brûler).

Vous pouvez aussi utiliser un four si vous n’avez pas de déshydrateur : le chauffer à 200°, puis l’éteindre et placer les plats dedans en fermant la porte ou le régler sur les températures les plus basses (à condition d’avoir un four dont les T° descendent sous 100°C), puis placer le plat dedans et laisser le temps nécessaire, porte entrouverte.

 

  1. Passer à l’alimentation végétalienne crudivore nécessite du matériel.

Avec quelques bons couteaux, une planche à découper et des plats de service, vous aurez déjà la possibilité de réaliser de nombreux bons petits plats végétaliens crudivores.

Pour un meilleur confort et une plus grande diversité de recettes, vous pourrez ajouter un blender et / ou un mixer.

Le comble du luxe, qui vous permettra de confectionner bien sûr quelques plats plus élaborés ou de faire vous-même vos séchages, est de s’équiper d’un déshydrateur, très bon investissement pour une famille végétalienne crudivore mais pas indispensable du tout.

Faites le compte de ce que contient une cuisine traditionnelle : mixeur, batteur, four, friteuse, machine à pain, grille-pain, machine à fondue ou à raclette, poêle, machine à café…). Quelle cuisine, selon vous, est la plus onéreuse?

  1. Le régime végétalien crudivore n’est composé que de fruits et de légumes

C’est à la fois vrai et faux !

En fait, il est composé de bien plus que cela :

  • pousses et graines germées
  • oléagineux (amandes, pignons de pin, noix de grenoble ou de cajou, noisettes, graines de tournesol…)
  • algues(il en existe plusieurs variétés : Kombu, Dulce, Wakamé, Laitue de Mer…)
  • herbes sauvages
  • jus
  • aliments lacto-fermentés

C’est une alimentation très variée et les recettes sont infinies !

  1. C’est plus cher qu’une alimentation traditionnelle standard.

La nourriture en grandes surfaces est-elle tellement bon marché? Regardez le prix de la viande ou des plats préparés surgelés. Penchez-vous un peu sur la composition de ces plats et vous verrez que vous payez bien cher peu de nutriments pour votre corps.

Une cuillère à café de graines à germer coûte quelques centimes d’euros et vous donne une belle poignée de pousses bourrées d’énergie et de vitalité.

A combien évaluez-vous votre santé? Combien les médecins que vous consultez et les médicaments que vous prenez, vous coûtent-ils ?

  1. Vous ne pouvez pas manger à l’extérieur.

Il est vrai qu’en Europe, nous ne sommes pas très en avance en ce qui concerne l’alimentation de santé, voire même très en retard au contraire des États-Unis où s’ouvrent régulièrement de nombreux restaurants végétaliens crudivores (voir cet annuaire Raw Food Info). Cependant les restaurants* proposent généralement des salades ou même des buffets de crudités, que vous pourrez améliorer en y ajoutant une poignée de pousses ou graines germées que vous aurez apportées avec vous dans un petit sachet. Il reste quelques plats faciles à emporter en voyage ou au bureau : salades, smoothies, wraps (roulés).

  1. La préparation des plats demande du temps.

On trouvera dans la gastronomie crudivore des recettes longues et un peu compliquées comme dans la cuisine traditionnelle mais ce n’est pas la cuisine de tous les jours. Est-ce que vous préparez tous les jours des bouchées à la reine, des lasagnes maison, un petit salé aux lentilles, une tarte (pâte comprise) ? Non bien sûr. La cuisine végétalienne crudivore fonctionne de la même façon. Les menus quotidiens doivent être rapides à réaliser.

La préparation d’un smoothie vert prend tout au plus 5 minutes (attraper les feuilles, fruits ou légumes dans le réfrigérateur, les laver et les mettre dans le blender puis mixer)

Les boissons végétales et autres smoothies demandent parfois un peu plus de temps, 5 à 10 mn.La germination des graines ne demande qu’un rinçage 2 fois par jour (5 mn en tout)

Les recettes nécessitant l’emploi du déshydrateur sont en général très rapides à préparer et une fois dans le déshydrateur, vous pouvez faire autre chose sans avoir peur que vos plats brûlent.

Les desserts et recettes festives demandent une trentaine de minute de préparation, moins de temps qu’il ne faut pour cuire un gâteau.

Beaucoup d’encas crus ne demandent même pas de préparation puisqu’ils sont déjà prêts à l’état naturel (fruits frais ou secs, noix en tout genre, légumes à croquer). Vous pouvez aussi trouver des encas plus élaborés sur Internet !

  1. L’alimentation végétalienne crudivore n’apporte pas de protéines.

Nous consommons en moyenne, 3 à 5 fois plus de protéines que ce dont notre corps a réellement besoin.

Les feuilles vertes, les fruits et les légumes contiennent toutes les protéines dont notre corps a besoin même celui des athlètes (Running Raw), sous forme d’acides aminés. Une consommation suffisante et variée de ces aliments comble amplement ce besoin. Ce sont des acides aminés dont nous avons besoin pas de protéines déjà fabriquées (c’est notre corps qui les fabrique) !

La digestion des protéines d’origine animale provoque une perte de calcium, cause principale de l’ostéoporose, maladie très présente dans les pays gros consommateurs de laitages, comme par hasard. Lorsque  l’on consomme des produits laitiers, la digestion de la caséine – protéine constituant 80% du lait – oblige le corps à puiser dans ses propres réserves de calcium.

D’où les chevaux et les vaches tirent-ils leurs protéines pour faire du muscle? De l’herbe et du grain, bref des végétaux.

Nota : Cet article est inspiré d’une excellente vidéo réalisée par Jim Carey.